À votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 18h au : 01 61 04 02 71

Comment mieux vivre la malvoyance : les solutions pratiques

La malvoyance, comment vivre avec ? La plupart des personnes souffrant de cette pathologie vivent un quotidien littéralement obscur. Pourtant, quelques règles de conduite dictées par un esprit positif permettront au malvoyant de mener une vie normale et éclairée.

La malvoyance : constitue-t-elle un handicap dont les répercussions sur la vie quotidienne sont inévitables ?

Souffrir d’une pathologie chronique peut devenir un handicap et les conséquences sur la vie quotidienne sont notables, tant sur le plan personnel que sociale du sujet.

Sur le plan psychologique, la malvoyance constitue une source d’angoisse assez importante pour le sujet. Les changements apportés par cette maladie vont dans la plupart des cas dans le sens de la limitation des activités et des capacités du sujet. Ce qui aura d’ailleurs des effets néfastes sur sa vie : on pense notamment à la perte de repères et le sentiment d’isolement et de déprime profonde.

Sur le plan social, le malvoyant souffre au quotidien de gênes plus ou moins inévitables. En effet, la basse vision aura inéluctablement des incidences sur l’épanouissement du sujet, sur son développement personnel, son autonomie et sur ses capacités à réaliser les activités de la vie quotidienne.

Toutefois, vivre avec cette pathologie oculaire dans le désespoir n’est pas une fatalité, des solutions pratiques permettent aux malvoyants de vivre normalement.

Quelles solutions au quotidien pour la malvoyance ?

Le malvoyant n’est pas aveugle mais souffre seulement d’une déficience visuelle. Il lui tout à fait possible de réduire les répercussions de la basse vision sur la vie quotidienne et d’amoindrir les difficultés rencontrées au quotidien. Voici donc quelques réponses pratiques apportées aux questions que se posent les personnes atteintes de cette maladie.

Mode de vie

Il est recommandé pour le malvoyant de ne pas limiter les plaisirs de la vie. Il peut continuer les voyages en avion ou sur mer, suivant le mode de vie qu’il a suivi jusqu’au jour où il a contracté la maladie. Il lui est conseillé de continuer à vivre en prenant soin de ne pas limiter les activités physiques et loisirs.

Aménagement de l’environnement quotidien

Pour faciliter les mouvements et assurer ainsi l’indépendance, il est impératif pour le malvoyant d’apporter quelques aménagements dans sa maison, dans son lieu de travail et dans les lieux qu’il fréquente habituellement. Par exemple, il lui est conseillé de supprimer les obstacles pouvant entraîner des chutes : les fils électriques, les meubles…

Organisation de la vie quotidienne avec des outils adaptés

Les malvoyants peuvent utiliser un réveil, une montre parlante ou du moins une montre à grand cadran, un téléphone à grosses touches, des livres à gros caractères…
Des outils constituant une aide visuelle sont également d’un grand secours pour les sujets tels les loupes permettant aux yeux de lire ou de regarder sans fournir des efforts excessifs. La loupe grossissante électronique est une évolution de la loupe traditionnelle, grande profondeur de champ, aucune distorsion, la loupe électronique a également été considérablement enrichie dans ses fonctionnalités : elle peut être éclairante, réglable, pliante...
Récemment, un autre outil a été inventé pour permettre au malvoyant de faciliter son quotidien, surtout au bureau : il s’agit de la vidéo-agrandisseur, un système grossissant composé d'une caméra reliée à un écran. Il constitue une solution obligatoire pour les pathologies avancées.
Enfin, il est important d’adopter un système d’éclairage à forte intensité.

Le suivi médical

Il est important de consulter régulièrement un ophtalmologiste. Même lorsque la basse vision semble stabilisée, il faut continuer à se faire suivre car une détérioration est toujours possible, même après des années de stabilisation. Par ailleurs, il convient de parler des évolutions de la maladie : de l’éventuelle amélioration de la vision, de sa stabilité ou au pire, de son aggravation à son ophtalmologiste. Pour assurer un suivi efficace et continu, il convient d’archiver tous les résultats des examens ophtalmologiques effectués et les apporter lors des rendez-vous avec le spécialiste.
En somme, la basse vision ne doit pas constituer un handicap pour les personnes concernées. Celles-ci peuvent profiter de l’évolution de la technologie et de la modernité pour retrouver le confort et la joie de vivre. C’est ainsi que plusieurs outils sont à le portée des malvoyants. Ces outils leur permettront de mener une vie normale et éclairée malgré cette pathologie oculaire.