À votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 18h au : 01 61 04 02 71

Malvoyance, risques et maladies

Les facteurs favorisant les risques de malvoyance

Encore mal connue de nos jours, la notion de malvoyance se distingue de la notion de cécité qui elle, désigne une perte totale de la vision. La malvoyance se caractérise en effet par une déficience visuelle entraînant alors une certaine difficulté dans l’exécution de certaines activités comme la lecture, l’écriture, mais aussi dans l’appréhension de l’espace. Zoom sur les principaux facteurs favorisant le risque de malvoyance.

Les maladies qui rendent malvoyants

Avec l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement de la population, les risques de malvoyance augmentent de plus en plus à l’heure actuelle. Il est faux de dire que c’est l’âge qui est en est l’unique facteur mais il faut plutôt considérer les maladies qui lui sont rattachées.

  • Parmi eux, on retrouve notamment la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou la cataracte. Il faut noter que cette affection de la rétine est la première cause de cécité dans les pays industrialisés, chez les personnes de plus de 65 ans. La cataracte quant à elle s’accroît naturellement avec l’âge avec une survenue quasi certaine après 90 ans.

  • Parmi les maladies responsables de la malvoyance figure également le diabète qui, à la longue, conduit à la cécité. Le fait est que le diabète provoque chez certains patients ce que l’on appelle la rétinopathie diabétique qui est consécutive à des lésions des vaisseaux capillaires (causées par la maladie) et peut ainsi évoluer vers des formes graves de déficience visuelle

  • Il faut aussi citer le glaucome qui est aussi l’une des causes les plus fréquentes de cécité. Cette pathologie est caractérisée par une hausse de la pression intraoculaire. Sa prévention reste difficile en raison de l’absence de symptômes pouvant permettre un diagnostic durant la première phase de la maladie.

Chez l’enfant, certaines pathologies qui affectent le nerf optique sont responsables de déficiences visuelles. Le glaucome congénital ainsi que la rétinite pigmentaire augmentent également les risques de malvoyance.

Il ne faut pas oublier que la myopie forte et les conséquences qu’elle engendre peuvent conduire à la malvoyance.

Les comportements à risque

Il faut savoir que certains types de comportements multiplient également les risques de malvoyance.

  • Une exposition prolongée au soleil est très dangereux pour les yeux en raison des rayons ultraviolets diffusés par le soleil.
  • En cas d’absence de traitement, la dépendance à l’alcool entraîne par ailleurs la baisse de l’acuité visuelle par atteinte directe du nerf optique.
  • A cela s’ajoutent également le tabagisme et les troubles circulatoires (cardiovasculaires).

Heureusement, toutes ces maladies pouvant être traitées ou évitées, il est donc important de consulter des ophtalmologistes pour prévenir certaines d’entre elles.